10/05/2017

Douceur d'amour, douceur du coeur


22:11 Écrit par Estrella Santos dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/02/2017

B.Smetana harpe


M

21:02 Écrit par Estrella Santos dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/02/2017

Emily l'oizeau


20:50 Écrit par Estrella Santos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/02/2017

le bonheur simple

Il me faut pour plus de bonheur:

 Des fleurs, des oiseaux, des rivières, des pierres, des arbres et des chemins.

Des chemins pour traîner sous mes groles la poussière de la terre.

Des fleurs, pour colorer les chemins et embaumer l’air de leur parfum délicat.

Les rivières, pour la fraîcheur et le clapotis qu’engendre l’eau contre les pierres.

Les pierres et les arbres, pour l’oxygène et la beauté des diverses variétés.

Les oiseaux, pour tourner autour de ce beau tableau et pour chanter l’amour.

La solitude absolue, pour décrire le spectacle de la nature en toute quiétude.

Un jour, je me suis amusée à effeuiller une branche de saule au-dessus du ruisseau et, à attacher une idée, une envie à chaque feuille que le courant entraîna. Peut être que je retrouverai ces feuilles et que mon rêve enfin se réalise.

Comment exprimer cette foule de sensations fugitives que j’éprouve dans mes promenades et surtout mes rêves.

Les sons de toute cette nature me charment, l'eau du ruisseau fait entendre dans son chant une certaine plénitude.

La nature manifeste sa grandeur divine.

Surtout la Provence avec sa diversité : la garrigue avec ses senteurs sauvages, les oliviers mon arbre préféré avec ses feuilles longues et fines d'un vert doux.

L'olivier arbre millénaire, symbole de paix, sagesse et d'éternité. Ta silhouette noueuse, évoque le soleil, le chant des cigales. Tu inspires les peintres et les poètes. Tu attires tout au long de l'année les amoureux de la Provence.

Et moi, moi qui rêve de vivre au milieu de tes branches dans une maison de pierres blanches, aux fenêtres mal jointées qui laisseraient passer le souffle du mistral.

Provence j'aime ta nature, tes essences, tes champs de lavandes qui parfument l'air et l'intérieur des maisons et tes olives délicieuses.

Dans tes champs je m'y roulerai. Dans tes chemins je m'y promènerai

Sous tes oliviers je m'y reposerai

Quand Le vent souffle dans les feuilles, ils ont des frissons d'argents, ils sont vivants

Il y en a, qui prenne un pinceau pour exprimer ce spectacle magique.

olivier.jpg    lavande.JPG

 

 

 

 

 

Moi, c’est ma plume que je fais glisser sur une feuille.

Dans le grenier de ma mémoire, je retrouve toutes ces petites sensations de ma jeunesse.

Les moins jeunes y sont aussi, ils viennent à ma mémoire fraîche, ce sont les plus beaux qui m'émeut de douceurs et de tendresses.

Douceur, tendresse retrouvées depuis peu. Un doux  papillon est revenu se poser sur mes petits bonheurs, en faisant couler du miel, avec sa voix pleine de douceur et de délicatesse, sur ma vie 

 

 Certains sages disent que les yeux sont le reflet de l 'âme, je trouve ce coeur beau ! 

Ce n'est pas de moi, mais de toi dans un lointain temps

coeur.jpg

 

 

16:02 Écrit par Estrella Santos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/10/2016

La dentellière

araignée.jpg

 

Elle trouva un coin tranquille, un recoin, où la maîtresse de maison oubliait souvent de faire le ménage. Elle commença à tisser un piège à l’endroit même, où elle avait repéré une colonie de mouches, formée du père, la mère de leurs petits.

 Elle se frottait les pattes de plaisir. Hum ! Les petites chairs tendres étouffées par mes fils soyeux. De longues heures passèrent, rien, elle s’impatienta. Pourtant elles étaient là, l’araignée les entendait. Le temps s’écoulait si lentement qu’elle finit par s’endormir un court instant. Depuis une semaine elle les épiait, reconnaissait chaque coup d’ailes et, tissa sa toile là, où elles venaient se restaurer, entre le mur et le placard à provisions. Rien, elle a passé du temps à confectionner une œuvre d’art, pour rien.

 Le lendemain très irritée, elle prit le téléphone. Une petite voix répondit.

-          Allo ! allo ! qui êtes vous ?

-          Elle s’écria sur un ton irrité. L’araignée !

-          Oh ! Bonjour, c’est vous l’artiste ? Quelle belle nappe en dentelle que vous avez tissé. Nous nous sommes donnés la peine de changer notre trajectoire pour ne pas l’abîmer et, surtout, pour éviter de vous réveiller. Tout ce travail a dû vous causer une grosse fatigue.

 De rage, l’araignée bascula en arrière et se prit les pattes dans sa propre toile et,  chuta malencontreusement dans un pot de miel.

Quelle fin tragique pour une dentellière de finir en tartine

 

                                                                                 miel.jpg

Estrella

 

20:50 Écrit par Estrella Santos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |