11/11/2013

LA PROVENCE

 

 

Histoire de Nyons

L'histoire de Nyons est riche et surprenante. La ville connue les Romains, les invasions barbares, puis les guerres de religion, avant d'entrer doucement dans le 3ème millénaire.

Nous vous invitons donc à parcourir notre histoire



 

 


J'ai immortalisé dans mon appareil ce beau paysage que j'affectionne

Nyons est un paradis, mon paradis


DSCF0639.JPG

 

 

La Tour Randonne

 DSCF0641.JPG

 

Bâtie sur une butte de calcaire gréseux, au centre du quartier des Forts de Nyons, la tour Randonne, mesurant 8 m de côté pour 10 m de hauteur, surplombe la ville. Son origine daterait de 1280. Nyons était alors la capitale de la baronnie de Montauban. Dame Randonne de Montauban y aurait fait construire un château pour servir de prison militaire. Il n’en subsiste aujourd’hui qu’une tour défensive, dont les murs font 2 m d’épaisseur. Cette origine, qui n’est qu’une hypothèse, est la plus plausible : une représentation de la tour auxvie siècle montre que celle-ci était alors au centre d’un système de fortifications jouxtant la « maison de la Randonne », demeure seigneuriale de Randonne de Montauban. Cette demeure fut détruite au siècle dernier, lors de l’aménagement de la place devant la chapelle. Après les Montauban, le donjon eut plusieurs propriétaires, dont les dauphins auxive siècle. En 1633, la prison fut démantelée, lors de l’ouverture de Nyons et la destruction de ses fortifications, suite au souhait deLouis XIII de voir tomber les repaires protestants dans la région.

En 1862, le chanoine Francou, curé de Nyons, acquiert la tour médiévale. C’est lui qui est à l’origine de la construction de la partie supérieure du monument, ouvrage néogothique orné de personnages. En 1854, le curé Francou fut atteint d’une maladie grave et mortelle. Il pria alors Marie, et guérit. En reconnaissance de cette guérison, il alla se prosterner devant l’autel de l’église paroissiale. Dix ans après, il annonça, lors de son sermon du 15 août 1862, son souhait d’élever, sur une de des plus hautes tours de Nyons, "un piédestal sur lequel reposerait une grande et belle statue de la Sainte Vierge, laquelle dominera en quelque sorte la ville et sera aperçue de loin dans les campagnes", selon ses dires. La tour ayant été vendue par la commune, le curé Francou la racheta à ses propriétaires le 21 octobre 1862 et en fit donation à la Fabrique de Nyons (conseil paroissial de l’époque). La tour Randonne devint ensuite la chapelle Notre-Dame de Bon Secours.

Sa transformation en chapelle Notre-Dame de Bon Secours

Ce fut l’architecte Adrien Boisson qui dessina les plans du piédestal. Celui-ci est composé de deux murs pyramidaux disposés en diagonale et formant trois étages. Le premier étage (celui du bas) comporte des arcatures aveugles, mais les deux étages supérieurs comportent des arcades de style néogothique. À l’intersection des deux murs, se trouve un fût central qui supporte le piédestal de la Vierge. La décoration du piédestal est très dense : colonnettes, rosaces, arcs trilobés, petites tours. Des statues sont placées à la tranche des différents étages :

Sur le 3e étage, des anges ont été sculptés. L’architecte Boisson a voulu ainsi symboliser la prière qui jaillit de la terre vers le ciel, puis qui est transmise par les saints, les saintes et finalement par les anges jusqu’à la Vierge Marie. La statue de la Vierge Marie, au sommet, est haute de 3,50 m. On dit qu'elle veille sur la sérénité et la quiétude de la ville.

La construction du piédestal achevée, l’édifice fut inauguré le 3 mai 1863 (soit six mois après son achat) par l’évêque de Valence, en présence du R.P Gabriel de l’abbaye Notre-Dame d'Aiguebelle, de 40 prêtres et de 15 000 fidèles. La première messe à la chapelle Notre-Dame de Bon Secours fut donnée le 14 août 1864, mais sa consécration eut lieu lors de la fête de l’Assomption le 15 août 1864. C’est ce jour-là, en présence d’une foule en liesse, que la statue de la Vierge, celle présente actuellement à l’intérieur de la chapelle, fut déposée sur l’autel et bénie par le R.P Gabriel de l’abbaye d’Aiguebelle.

16:53 Écrit par Estrella Santos dans La Provence | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |